pantalonenlincouleurs47 150x300 Les acides gras

Oui, le lin protège bien des agressions du monde extérieur, mais sous forme de graines à consommer. C’est ce que nous allons voir dans cet article consacré aux acides gras.

Les graisses ne sont pas seulement là pour boucher nos artères et nous faire honte lorsqu’on est en maillot sur la plage. Elles ont aussi une véritable fonction. Si, si !

Elles nous aident à protéger notre organisme des agressions de l’extérieur et assurer le bon fonctionnement de nos cellules. Bref, le gras c’est bon pour nous, mais attention pas n’importe lequel.

Les graisses contenues dans nos cellules sont le reflet de celles que l’on consomme, c’est pourquoi nous devons y prêter la plus grande attention.

Les graisses sont constituées d’acides gras.

Il existe 3 sortes d’acides gars :

  • les acides gras saturés
  • les acides gras mono-insaturés
  • les acides gras poly-insaturés

Le problème est que dans le mode de consommation actuel, il y a  un fort déséquilibre entre ces graisses.

  • Les acides gras saturés

Les acides gras saturés sont les constituants de nos cellules nerveuses mais consommées en excès, ils sont à l’origine de maladies cardio-vasculaires, de réactions inflammatoires et même de certains cancers.

On retrouve ces acides-gras en quantité dans le beurre, le fromage, les charcuteries, l’huile d’arachide, l’huile de palme…

  • Les acides gras mono-insaturés (Omega 9)

On trouve les acides gras mono-insaturés dans l’huile d’olive, l’huile de colza, l’avocat, le foie gras, la noisette, l’amande…

Les acides gras mono-insaturés préviennent l’oxydation des acides-gras poly-insaturés, préviennent les maladies cardio-vasculaires et jouent probablement un rôle bénéfique dans la prévention de certains cancers comme celui de la prostate.

Notre organisme est capable de fabriquer ces acides gras mono-insaturés à partir des acides gras saturés, mais il est tout de même bon d’en consommer car avec l’âge l’organisme en fabrique de moins en moins et qu’ils ont un rôle très importants pour les acides gras poly-insaturés.

  • Les acides gras poly-insaturés. (Les fameux omega 3 et omega 6)

Ils s’agit d’acides gras essentiels car notre organisme ne sait pas les fabriquer et doivent obligatoirement être apportés par notre alimentation. Il faut respecter l’équilibre entre l’apport des omega 3 et l’apport des omega 6. Malheureusement l’alimentation actuelle est déséquilibrée à ce niveau et nous consommons beaucoup trop d’omega 6 par rapport aux omega 3. Il ne faut non plus croire que les omega 6 sont « mauvais » et les omega 3 « bons ». Non, en réalité c’est vraiment l’équilibre entre les deux qui est important. On devrait, dans l’idéal, consommer deux à trois portions d’omega 6 pour une d’omega 3. Certains spécialistes parlent de cinq pour un, tous ne sont pas complètement d’accord sur le sujet, mais une chose met tout le monde d’accord : le rapport actuel n’est pas du tout satisfaisant car il est de 20 pour 1 !!! Le docteur Bernard Schmitt, Directeur du Centre d’Enseignement et de Recherche en Nutrition humaine estime qu’en ramenant ce rapport catastrophique (20 pour 1) à un rapport de 5 omega 6 pour 1 omega 3, on améliore considérablement le diabète, l’obésité et le risque de maladies cardio-vasculaires.

Les omega 6, on en trouve surtout dans l’huile de tournesol et le maïs par exemple.

Les omega 3 (acide alpha-linolénique), on en trouve surtout dans l’huile de colza, les noix, le soja et les graines de lin. Ils dilatent les vaisseaux, ont une action anti-allergique, une action anti-inflammatoire et aide à la diminution des caillots.

Si nous consommons des produits issus d’animaux dont l’alimentation est elle-même riche en omega 3, notre rapport omega 3, omega 6 se rapproche d’un rapport correct. C’est le but de la filière appelée Bleu-Blanc-Coeur qui fera l’objet d’un prochain article.

D’autres omega 3 que l’acide alpha-linolénique présents dans les poissons gras sont bénéfiques pour l’excès de cholestérol, les maladies cardio-vasculaires en général et la prévention du vieillissement.

Les poissons gras sont donc à privilégier : le saumon, les sardines

Attention, les oméga 3 doivent impérativement être accompagnés d’antioxydants  car ces composés fragiles risqueraient de s’oxyder.

Dans un prochain article, je vous proposerai des idées toutes simples pour consommer plus d’omega 3 facilement, à moindre coût tout en vous régalant.

 

 

 

5 Responses so far.

  1. […] de colza vous apportera les omega 3 indispensables. Cette recette est également riche en fibres et a un index glycémique bas. Là […]

  2. […] Ce pesto vous fera bénéficier d’acides gras mono-insaturés (huile d’olive) et d’acides gras poly-insaturés (oméga 3) par … […]

  3. […] une recette riche en oméga 3 grâce aux […]

  4. […] quantité d’oméga 3 grâce au saumon fumé. Cet apport contribue à rééquilibrer la balance omega 6/omega 3 qui a tendance, dans l’alimentation occidentale actuelle, à ne pas correspondre au ratio le plus […]

  5. […] gras, mais gras dans le bon sens du terme comme nous l’avons vu dans l’article consacré aux acides gras, notre corps à besoin acides gras essentiels. Le saumon nous fournit une excellente part d’oméga […]

Laisser un commentaire


 

La newsletter de l'alimentation santé facile





* champ obligatoire.



Garantie sans spam.

 

Recherche personnalisée


Articles récents

Que mettre dans son...

Posted on déc - 27 - 2015

0 Commentaire

Une astuce pour éviter...

Posted on oct - 26 - 2015

0 Commentaire

Verrines de tiramisu à...

Posted on juil - 27 - 2014

1 Commentaire